Pour un vieux ronchon qui vient d’AD&D, dans D&D5, la perte de points de vie n’a pas assez de conséquences. Quelques idées pour les rendre un peu plus précieux.

Raisons

Pourquoi limiter la récupération de points de vie ? D’une part pour ajouter une dimension de gestion de ressources au jeu, dimension qui existait dans AD&D et BECMI. D’autre part, pour limiter le côté super-héros des personnages. Enfin, pour les pousser à éviter le combat quand ils le peuvent.

Inspirations

Certaines de ces règles viennent directement du DMG, d’autres du Book of Rules de Devin Cutler, d’autres encore sortent directement de mon Imagination Fertile (TM).

Les règles

Blessures persistantes

Quand un personnage subit un coup critique ou quand il tombe à 0 points de vie, il lance 1d100 sur la table des blessures persistantes (p. 272 du DMG VO). Les résultats supérieurs à 20 n’ont aucun effet.

Cette règle de Devin Cutler permet de donner un peu plus d’importance aux vraies blessures sérieuses.

Blessures et fatigue

Un personnage qui tombe à 0 points de vie gagne immédiatement un niveau d’épuisement.

Le but est d’éviter qu’un personnage à moitié mort se relève au tour suivant et retourne au combat en criant «même pas mal».

Récupération

On utilise deux des règles optionnelles du DMG.

D’une part, si les personnages récupèrent bien la moitié de leurs dés de vie lors d’un repos long, ils ne récupèrent pas leurs points de vie. Ils peuvent par contre dépenser immédiatement un ou plusieurs dés de vie, comme à la fin d’un repos court.

D’autre part, pour dépenser un ou plusieurs dés de vie à la fin d’un repos court ou long, un personnage doit dépenser une utilisation d’une trousse de soins.

Mort et résurrection

Encore une règle empruntée à Devin Cutler.

Lorsqu’un personnage est ramené à la vie d’une façon ou d’une autre, on lance 1d20 plus ses bonus de Constitution, de Sagesse et de Charisme. Si le total est inférieur (strictement) à 5 plus le nombre de fois où le personnage est revenu d’entre les morts, la résurrection échoue et la mort est définitive. Un 1 naturel au dé indique toujours une mort définitive.

D’une part, ce système vise à pousser les joueurs à un peu plus de prudence. D’autre part, il permet de justifier qu’un personnage important puisse mourir «pour de bon», même quand il a des clercs de haut niveau dans son entourage.